Qualité de l'air de travail
 
       Qualité de l'air de travail

Acide Peracétique (solutions à base d'acide peracétique)

Accueil

Un exemple de Risque Chimique: LE FORMALDEHYDE

Acide Peracétique (solutions à base d'acide peracétique)

Liste des Badges ACS (Hôpitaux et Médical)

Etudes et Tests effectués avec le Badge ACS

Fiche Technique du Badge ACS

Mode d'emploi du Badge ACS

Explications VLEP (valeurs limites d'exposition professionnelles)

Liste des Badges ACS

Les Polluants de l'Air Intérieur - Infos

Contact ou demande d'informations

Partenariat

SOLUTIONS A BASE D’ACIDE PERACETIQUE

Quantifier l’exposition des utilisateurs

 

L’Acide Peracétique est maintenant utilisé en désinfection dans de nombreux établissements hospitaliers et cliniques privées. ( Désinfection du matériel thermosensible ( circulaire N° 138),  dialyse, préparation des cytostatiques….)

L’acide peracétique est reconnu se transformer spontanément en acide acétique et en peroxyde d’hydrogène dans l’air. Il est donc très difficile de prélever de « l’acide peracétique (en tant que tel  » dans l’air des lieux de travail, mais seulement ces 2 composés formés au contact de l’air ambiant ( Acide Acétique et Peroxyde d’Hydrogène).                     

( Il est néanmoins possible de prélever de l’Acide Peracétique avec un système sophistiqué et surtout une désorption immédiate,  ( méthode INRS N°-Fiche 068 ) mais ceci paraît difficilement applicable dans les conditions d’emploi en Hôpital,  et avec des solutions comportant moins de 0.4 % d’APA ! )

Un risque potentiel existe concernant l’exposition personnelle des opérateurs utilisant ce produit. Outre les problèmes de contact qui peuvent être évités par le port de blouses, masques et surtout de gants appropriés (longue manchette), la pollution aéroportée engendrée doit être connue afin de quantifier l’exposition moyenne pondérée de chaque opérateur.

Plusieurs organismes internationaux, régissant ce domaine, ont édictés des valeurs admissibles de concentrations.

C’est le cas de l’OSHA, du NIOSH, de l’ACGIH et de l’INRS pour la France.

 

Ces valeurs limites d’exposition sont les suivantes :

Acide Peracétique        l’INRS propose une VLE de 0.5 ppm et une VME de 0.2 ppm ( dans l’attente d’un système fiable)

                                           SOLVAY (fabricant d’APA) propose une valeur limite admissible (SAEL)  de 0.15 ppm

Acide Acétique                 ( CAS # 64-19-7) a une valeur limite   ( VLE sur 15 minutes) de :           10 ppm

Peroxyde d’Hydrogène   ( CAS # 7722-84-1) une valeur limite   ( VME sur 8 heures) de :                1 ppm

Seule, l’ACGIH américaine ( American Conference of Governmental Industrial Hygienists) préconise une valeur limite sur 15 minutes en la considérant comme valeur plafond à ne pas dépasser à tout moment de la journée de : 1 ppm. Cette valeur limite paraît intéressante, et par manque de recul et  la méconnaissance des effets à long terme du peroxyde d’hydrogène, il serait tout à fait normal de l’appliquer, à titre préventif.

 

Exemple de programme de prélèvement :

Chaque personne exposée à ces vapeurs durant son travail quotidien devrait être contrôlée. Lorsque plusieurs personnes effectuent des tâches quotidiennes similaires, il suffit de choisir des personnes représentatives du travail effectué.     Il suffit de porter 2 badges en simultané : 1 pour acide acétique et 1 pour peroxyde d’hydrogène.

Ce programme de prélèvement doit inclure des prélèvements initiaux suivis de prélèvements périodiques en fonction des postes de travail.

Le prélèvement initial doit être fait en double sur deux personnes ou deux activités similaires, chacun à intervalle de moins d’une semaine.

Si les concentrations sont basses, les prélèvements périodiques peuvent être espacés, 1 mois ou 2 mois peuvent satisfaire. Si, au contraire les concentrations trouvées sont élevées, ou au dessus des valeurs limites, une modification des procédures de travail doit être apportée, et surtout une ventilation efficace doit être mise en place rapidement. (voir § ventilation)

Cette première action faite, deux contrôles consécutifs doivent être effectués à intervalles de 1 à 2 semaines.

Une baisse des concentrations doit être constatée, et , il est alors possible d’espacer ces contrôles.

Il est important de pouvoir constituer un fichier «  sécurité du personnel » pour contrôler la conformité des expositions, et ceci dans le but de pouvoir contrôler sur une année au moins chaque personnel exposé. ( selon décret 2001-1016    du 5 Novembre 2001 +  Circulaire DRT N° 6  du 18/04/02  et  décret 2003-1254 du 23/12/2003)

 

Méthodes de prélèvement et analyses :  ( voir document badges en bas de page)

Acide Acétique                                                

                                                                               ( N° Cat. AC-10)                                              

Méthode d’échantillonnage :                           Badge passif                                                      

Adsorbant utilisé :                                              Tamis de carbone moléculaire                     

                                                                                                                                                            

Méthodes d’analyse :                                        Chromatographie P. Gazeuse                       

                                                                               NIOSH méthode 1603                                     

Minimum détectable :                                        0.1 ppm                                                               

Durée de vie du badge :                                   1 an                                                                   

Durée maximale de stockage :                     2 semaines                                                          

( après leur exposition)

 

   Peroxyde d’Hydrogène

   ( N° Cat. HP-10)

Méthode d’échantillonnage :                                        Badge passif

Adsorbant utilisé :                                                   Gel de silice chimiquement

                                                                                       Imprégné

Méthodes d’analyse :                                               Spectrophotométrie dans l’UV

                                                                                   OSHA méthode VI-6

Minimum détectable :                                                    0.02 ppm

Durée de vie du badge :                                                   1 an

Durée maximale de stockage :                                       < 1 semaine

Dans le cas présent, les solutions d’acide peracétique utilisées sont à concentrations faibles ( < 0.20 %), ceci sous entend que d’autres produits sont ajoutés ( pour plus de 99 % ) dans la formulation et peuvent générer des risques.

Ces produits ne sont donc pas des solutions d’acide peracétique, mais bien des solutions à base d’acide peracétique. ( en manuel ou en automates)

Il s’agit, donc, d’identifier et de pouvoir quantifier ces produits si ceux-ci peuvent être aéroportés et inhalés par le personnel opérateur exposé.

Une investigation plus poussée doit être faite avec le concours informatif obligatoire des fabricants.

A ce jour, outre l’acide acétique et le peroxyde d’hydrogène, nous savons que certaines nouvelles solutions contiennent et/ou des alcools (!) (Ethanol – Isopropanol)  des dérivés glycoliques et des amines (Ethanolamine) qui peuvent être inhalés par les opérateurs. Les vapeurs de ces produits , combinés avec le Peroxyde d'hydrogène, entrainent des irritations, maux de tête et souvent ce que les opérateurs qualifient de « gêne indéfinissable ».

 

Dans le cadre d’une bonne prévention des risques possibles d’exposition à ces derniers produits chimiques, il est également possible d’effectuer des prélèvements ou échantillonnages de ceux-ci :

 

                                                                               Alcool isopropylique                      Dérivés glycoliques (cellosolve)

                                                                               ( N° Cat. OV-120)                              ( N° Cat. OV-96)

 

Méthode d’échantillonnage :                           Badge passif                                       Badge passif

Adsorbant utilisé :                                              Tamis de carbone moléculaire        Tamis de carbone moléculaire

 

Méthodes d’analyse :                                        Chromatographie P. Gazeuse         Chromatographie P.Gazeuse ( CPG)

                                                                               OSHA 7 & 48                                       NIOSH méthode 5500 ou 2000

Minimum détectable :                                        0.02 ppm                                              0.02 ppm                                             

Durée de vie du badge :                                   1 an                                                       1 an

Durée maximale de stockage :                        2 semaines                                          2 semaines

(après exposition)

 

IMPORTANT                        -                     La ventilation

 

Concernant la prévention du personnel face au risque chimique aéroporté, il est important  d’apporter le plus grand soin dans le choix de la ventilation. (quelque soit le produit biocide utilisé, celle-ci reste obligatoire)

 

Elle doit surtout être appropriée au produit utilisé, et il est bon de rappeler les 3 critères fondamentaux donnés par le Code du Travail (Aération et Assainissement des Locaux) :

 

  1. Connaître les caractéristiques physico-chimiques du ou des produits
  2. Isoler la source d’émission de vapeurs
  3. Capter les vapeurs au fur et à mesure de leur production

 

En fonction du § 1. et des propriétés de l’acide peracétique ( instabilité) , il est logique de penser qu’une évacuation-ventilation au niveau de la solution est à proscrire (Voir recommandations AFSSAPS ci-dessous) , mais une ventilation reste obligatoire et nécessaire.

Une « ventilation-neutralisation de l’air de la salle de travail par flux forcé » avec apport d’air neuf paraît la meilleure en l’état actuel des connaissances que nous en avons et des tests in-situ que nous avons pu effectuer.

Ce système évite la dégradation rapide des solutions  à base d’acide peracétique à l’instar des modules de désinfection par extraction de l’air  par ouïes latérales au niveau du bac de désinfection  (recommandations de l’AFSSAPS, Avril 2004 ,« éviter les ventilations forcées ») et il permet de recycler par flux forcé les vapeurs résiduelles de la pièce tout en abaissant de manière considérable les germes et impuretés de l’air, dans un lieu où ce point est d’importance, ainsi que les autres molécules irritantes ou toxiques dans l’air provenant des produits utilisés avant la désinfection (ammoniums quaternaires, enzymes protéolytiques, etc…).  En outre, la conception de cet épurateur- recycleur d’air assure une sécurité supplémentaire en permettant d’éviter les voies nasales supérieures des opérateurs durant  son action.  Il agit aussi bien avec la présence  d'automates, non dépourvus de nocivité avec des concentrations plus élevées. Un bon positionnement dans la pièce prend en compte toutes les émanations de vapeurs d'APA.

 

Pour toutes informations complémentaires, contacter le  :   Bureau d’Etudes P.P.M. Tél & Fax : 03 83 44 06 02

e-mail :   info@ppmlab.com  Web :   www.ppmlab.onlc.fr   Portable: 06 76 78 27 05

 

Pour ceux qui sont intéressés par plus d'informations sur l'A.P.A., voici, en lien, une présentation faite par Monsieur P. RAT (Pharmacien - Toxicologue Hôpital des 15/20 Paris)  durant un Congrès d'Hygiène.

Cette présentation est plus orientée vers la désinfection en OPHTALMOLOGIE

(c'est un état des lieux de la situation en 2009)

lien: www.cefh-ceps.com/actualite/ateliers_2009/3-Rat.pdf

                    

 

 

NOUVEAU  : Les Badges ACS  

Ref : HP-10 et AC-10

http://images.onlc.eu/ppmlabNDD//123453729593.jpg

                                   pour prélèvements de vapeurs d’ACIDE PERACETIQUE

 

Ces deux badges sont à porter  (ou placer en fixe) simultanément pour quantifier les vapeurs de Peroxyde d’Hydrogène et d’Acide Acétique

 Rappel Valeurs limites : Peroxyde d’Hydrogène =  1 ppm (VME à considérer comme VLE)

                                                                         ( recommandé  par ACGIH USA)

                                                             Acide Acétique     =  VLE = 10 ppm  (pas de VME indiquée)

 

Mode d’emploi :

 

 Après ouverture des pochettes (à garder), porter les 2 badges à hauteur des voies respiratoires (col de blouse) ou en poste fixe à hauteur d’individu.

Laisser les badges exposés durant 15 minutes ou + selon l’activité  en incluant durant cette période principalement les phases reconnues les plus génératrices de vapeurs( préparation du bain, irrigations des canaux d’endoscopes,…pour machines : changement des bidons…) Le Ministère du Travail préconise des prélèvements courts (15 mn) en présence de gaz irritants.

A la fin de l’exposition, replacer les badges dans leurs pochettes d’origine (intérieures et extérieures).

Refermer les pochettes, non sans avoir, au préalable indiqué les noms de l’opérateur, l’activité exercée, et  surtout l’heure de début et de fin d’exposition.

Pour des raisons de confidentialité, il est important de mentionner clairement le nom et la fonction du destinataire du (des) rapport (s).

 

Renvoyer le tout à :             Bureau  de Contrôle P.P.M.

   4 Bis, Rue de Ludres  54500 VANDOEUVRE

                   Tél  : 03 83 44 06 02     ( pour toutes informations)

Fax: 03 68 38 26 18

ou visitez le site Web :     www.ppmlab.onlc.fr


Tous droits réservés